« Le Regard »

"Sur un écran bien froid
J'ai couché une flamme
comme un cheval de Troie
dans les yeux d'une dame.

Sur la plage de son cœur
j'ai planté une flèche
et déposé une fleur
sur sa peau de pêche...

Mes doigts se sont brûlés
En pensant la faire naître
Cette dame de papier
Glissant à ma fenêtre...

Son regard m'a envoûté
ardent et mystérieux
tel Icare et Ré
mes ailes ont pris feu

Mes mots se sont froissés
Tout au fond de la feuille
Que de désirs dénués
Se brisèrent sur l'écueil...

Chevaleries incertaines
Et tellement refoulées
Au creux d'une mer d'arène
Mais sous un ciel glacé...

La vague dans ses yeux
a roulé sa rancune,
et assombri la lune
au masque capricieux.

Puis, j'ai vu l'éclaircie
déchirer le ciel noir...
mais cette facétie
est-elle lueur d'espoir?...

Son regard m'a envoûté
ardent et mystérieux
Tel Icare et Ré
Mes ailes ont pris feu

Lors, dans mon envol impossible
L’amour ardent m’a brûlée
Et dans ses souffrances terribles
A laissé mon cœur calciné

De ses cendres incandescentes

Mon âme meurtrie s’est envolée
Me laissant là toute tremblante
Perdue dans la nuit étoilée...

J'ai lu sur l'écran froid
Une femme abandonnée
Etait-ce elle, était-ce toi
Cette pensée dessinée.

Arlequine virtuelle

Dans le bal des mots
Rêvant, là, irréelle
Que le monde est plus chaud.

Tu as lu sur l’écran froid
Une femme désamourée
Ce fut elle et ce fut moi
Cette pauvre âme blessée

Coline virtualisée
Dans la grande toile des mots
Tissant des rimes froissées
Pour panser ses derniers maux

De derniers mots d'enfant,
Voyageurs indiscret
Sur les collines du temps
D'un écran ondulé..."

A plusieurs… (Lanédo, Regards, Nicky, Coline, A_cœur_perdu)

Le 02/12/2003