"Que je t’aime"

 

Sur la feuille de l'absence j'ai couché ma lueur,
la pleine lune jouant ses reflets sans candeur.

De ma plume enchantée,
j'ai laissé quelques notes
Et de Brocéliande à Camelot
les touches de mon piano
jouaient allègrement
un essai fulgurant
d'Allegro en dérive
Chevauchée fantastique
des chevaliers millénaires
dans les vallées profondes
de nos consciences primitives.

Dans le lit de l'errance, j'ai dressé ma rancoeur
J'y ai laissé mon ardeur et mon coeur...

mais le brigand
de brigandage vécu
et laissa échapper
tout au bout de ma rue
une étincelle d'argent
de sa crinière d'or
et me laissa comme seule bagage
un chagrin éperdu
et mille remords.

Dans le fleuve de tes larmes s'est levée une fleur
Elle me tient éveillé tous les jours de noirceur

Je suis l'eau sur ta joue
je coule, file, pure et floue
Tu es l'onde sur les pierres
qui ravage mes prières...


L'angélus sonne
couvrant les chipoteries des merles
qui s'interpellent !
l'angélus sonne

souvenirs déferlants... que je t'aime
que je t'aime...


"A plusieurs..."

(Écrit en octobre 2003 par Nicky, MichelleD, Diane et Lanédo.)