Sommaire principal

Copyright © 2003 [Lanédo]. Tous droits réservés.

"Haïkus"

Le Haïku est un poème très court qui nous vient du Japon.


 Les avis sont assez dispersés sur l'art de concevoir un haïku. Les puristes vous diront qu'un haïku doit contenir 17 syllabes disposées dans trois vers selon la règle suivante : 5 7 5 (personnellement je préfère  le plus souvent 7 7 5 même si cela fait 19 syllabes).
Ils préciseront par ailleurs que le haïku doit posséder absolument une notion relative au temps. Certains vous diront qu'il ne faut pas rimer puisque les japonais ne riment pas.
 Peut-être que les japonais ne riment pas, mais combien d'entre-vous ont déjà essayé de compter des syllabes en japonais ?
M'ouais !!!!!!!!!!!

Conclusion : En fait là-aussi comme dans toute forme de poésie chacun est libre de faire ce qu'il veut et d'écrire ce que bon lui semble de la façon qui lui convient le mieux.
Voici donc quelques uns de ceux que j'ai eu le plaisir d'écrire juste... pour le plaisir.

----- Souvenir d’Été -----

Empreinte des pas brillants
Sur sable d’antan
Solfège aux yeux des amants

 

----- Souvenir d'éternité -----

La lumière des amants
Vieille de mille ans
Lune de miel, évidemment

----- Souvenir d’amour ----- 

Les yeux en raz de marée
Passion emmêlée
Mon cœur à jamais noyé

 

-----Séparation-----

Corruption des sentiments
Opposition des aimants
Amour érodé

 

-----Caresse-----

Doux coton en balade
Effleurement sur jade
Frisson hérissant

 

-----Décès-----

Blancheur des fleurs sur cercueil
Noirceur d’esprit sous le deuil
Larmes d’arc-en-ciel

 

------Dépression-----

Brouillard d’esprit englouti
Joie de vie ensevelie
Espoir déchiré

 

-----L’ennui-----

Illusoires vacances
Morne source d’absence
Quête d’inaction

 

------Le Rêveur------ 

La lune brille la nuit
Et veille seule
Je m’y brûle d’appétit

-----Le Clochard-----

Mon regard boit le trottoir
Ma joie est sans vie
Ma mort sera qu’à niveau 

 

-----L’amoureux------ 

Mon cœur bat par ivresse
Il bouge sans moi
Bientôt me sera volé

 

-----L’innocent-----

 Le vent lèche mon esprit
Folie d’absence
Mon bonheur n’a pas de prix 

 

-----L’enfance-----

 Le sourire chante toujours
Câlins sans compter
Comment fait-on pour l’oublier ?

 

----- Ma Bretagne -----

 Un arbre se tend au soleil
L’hermine sourit
La mer lèche ma terre

 

----- Le poète -----

La tête dans les nuages
Il rêve d’elle
Il couche ses cris d’amour

 

----- La vague -----

 Elle avance et recule
Doux cache-cache
Pas un ne peut l’attraper

 

----- la feuille -----

Elle se détache de l’arbre
Il deviendra feuille
Qui crisse sous la plume

 

---- Désillusion -----

Une vie passée à chercher
Cette nuit d’amour
Au matin désenchanté

 

---- La bêtise ----

La bêtise est un miroir
L'âme s'y perd parfois
Dans le dédale de ses amours


---- Mer d'homme ----

Le monde du silence
Est à l'écoute
Des êtres d'ignorance