A plusieurs...

"A deux..."


Existe-il des nuits sans lune
Dont la fin ne serait un matin
Et où mes songes nés d'infortunes
S'évanouiraient aux chants divins
De ces étincelles mordantes
Qui me promènent en rêve
Sur des fusions amarantes
Là où la nuit déjà se lève


Que ton regard déjà me guide
là où mes mains ne pensent aller
Au bout des saintes pyramides
au creux des plaines ondulées
Et sur des mers chavirées
Au beau soir des palais ouverts
J'entendrai près de moi errer
Des fantômes bien involontaires


Me glissant au-delà de l'oreille
La complainte, éternel retour
De l'amour fou couleur de miel
Qui évapore les brumes du jour
Qui sorcele les larmes des morts
Enrubanne leurs lointains chemins
D'oraisons et de satin d'or
Que je foulerai au matin


Alors mes années printanières
Refleuriront en un instant
Et au parfum des lavandières
Je ferai voeu de courtisan
Je prendrai à cette aube altière
Les liens de soleil du matin
Tressés en une belle panière
Pour ton rire, comme un écrin


(Écrit en mai 2006 par Regards et Lanédo)